International

 

Au cours de ces deux dernières décennies, le Sénégal, à l’instar des autres pays du Sahel, connaît une détérioration continue des conditions de vie de ses populations.

Au plan international, comme au plan national, diverses initiatives sont développées pour réduire la pauvreté, à travers des programmes qui visent une croissance économique et une meilleure redistribution des richesses.

Face au désengagement de l’Etat par rapport aux secteurs sociaux jugés non productifs (éducation, santé, …), et l’instauration de la politique de décentralisation, les communautés de base développent des stratégies de prise en charge des préoccupations des populations à travers leurs organisations communautaires. Cependant, il est constaté que les capacités institutionnelles de ces organisations de base sont le plus souvent limitées pour apporter des solutions durables à la précarité de leurs conditions de vie.

Des ONG d’appui au développement comme le CERFLA, ont pris l’option d’accompagner ces organisations communautaires de base, à travers la valorisation et le renforcement de leurs initiatives et de leurs capacités pour leur permettre de mieux porter le développement local.

C’est dans cette perspective que le CERFLA s’est investi depuis dix (10) ans (1998-2008) dans certaines localités de la partie Est du Ferlo à travers des programmes d’appui élaborés et exécutés avec les populations. Suivant ses principes d’intervention, le CERFLA n’a pas vocation à s’ancrer dans une zone. Après une période d’accompagnement au cours de laquelle les capacités institutionnelles des organisations communautaires sont améliorées, un processus concerté de désengagement progressif est mis en place avec les principaux acteurs.

Les différents programmes, ainsi réalisés dans la période, avec ses partenaires à la base ont contribué à des changements significatifs dont :

– le renforcement du potentiel de personnes alphabétisées,

– le renforcement des capacités institutionnelles des organisations communautaires de base,

– l’amélioration de la cohésion sociale dans nombre de communautés villageoises,

– une participation de plus en plus accrue des femmes dans les actions de développement communautaire,

– l’amélioration des capacités de planification et de gestion des OCB,

– la mise en place de projets communautaires conduits et gérés par les OCB partenaires.

C’est au regard de ces différents résultats que le CERFLA a retenu de se désengager de ses anciennes zones de concentration pour s’orienter vers d’autres zones qui étaient des zones secondaires où des actions ponctuelles avaient été réalisées.