Stratégie

La stratégie s’articule autour des actions suivantes :

–   la formation ,

–   l’animation,

–   l’information et la sensibilisation,

–   les échanges,

–   le suivi,

–   l’appui-conseil et la mise en relation.

 

  • LA FORMATION

A travers la formation, le CERFLA vise la mise à la disposition des Organisations Communautaires de Base et des Collectivités Locales des ressources humaines capables d’impulser des dynamiques favorisant  un développement local durable.

Il s’agit d’une formation en langues nationales susceptibles d’être prise en charge par les organisations de base, les collectivités décentralisées ou les populations elles-mêmes.

La formation est aussi axée sur des thèmes identifiés comme des besoins pratiques et stratégiques contribuant au renforcement des capacités techniques et organisationnelles des populations mais aussi au renforcement des aptitudes (formation qualifiante et professionnelle) dans la zone d’intervention du CERFLA.

L’approche pédagogique, qui est de type systémique, est basée sur :

–   l’identification des besoins de la cible en formation

–   l’analyse de la demande de formation et du niveau de la cible.

–   l’élaboration de programmes de formation

–   la mise en œuvre des sessions de formation

–   le suivi et l’évaluation des activités de formation.

Aussi, les thématiques de formation dont les modules sont adaptés en langues nationales concernent :

–   le renforcement des capacités en alphabétisation,

–   la formation de facilitateurs en alphabétisation,

–   la gestion organisationnelle, administrative et financière,

–   la gestion des forages,

–   la décentralisation,

–   les techniques de plaidoyer et de lobbying,

–   les techniques de rapportage,

–   la gestion alternative des conflits,

–   le leadership et la communication,

–   genre et développement,

–   l’Élaboration de projets,

–   etc.

 

Les modules de formation sont appliqués conformément aux besoins et réalités locales, pour répondre favorablement aux préoccupations des acteurs.

 

  • L’ANIMATION

Elle est perçue comme une communication sociale et éducative susceptible de renforcer les capacités des communautés par le partage des informations. Elle est un maillon essentiel de l’éducation.

L’animation vise à amener les populations à une maîtrise des réalités sociales, culturelles, économiques et, en cas de besoin, à un changement de comportement et de mentalités en vue d’asseoir les bases d’un développement durable.

Elle s’articule sur les thèmes qui portent sur les enjeux locaux identifiés avec les acteurs communautaires.

Les actions d’animation sont couplées aux sessions de formation et pourraient être conduites, dans certains cas, avec les techniciens des services déconcentrés de l’État ou par des personnes ressources.

Cet axe participe aussi au soutien et au renforcement de la collaboration qui existe déjà entre les Organisations Communautaires de Base, les Collectivités Locales et les structures techniques de l’État.

 

  • L’INFORMATION ET LA SENSIBILISATION

Dans un contexte caractérisé par une sous information du fait de l‘insuffisance des médias et la faible couverture du réseau de communication, de l’enclavement de la zone d’intervention du CERFLA, l’accès à l’information constitue un élément indispensable permettant de saisir des opportunités et d’acquérir des connaissances nouvelles.

Cet axe d’intervention permet de fournir aux populations toute information susceptible de contribuer à leur pleine participation au processus de développement de leurs zones respectives.

Bien qu’elle puisse favoriser la réflexion et susciter une prise de conscience, l’information se distingue de la sensibilisation en ce sens qu’elle ne suggère pas de solutions par rapport aux problèmes identifiés. En effet, l’action de sensibilisation, en plus de favoriser la réflexion et de susciter une prise de conscience à un problème social ou un besoin commun, propose ou suggère des solutions alternatives ou des idées nouvelles afin de transformer une solution jugée problématique ou de répondre à un besoin. A ce titre, la sensibilisation poursuit un objectif de changement (collectif ou individuel).

A travers les programmes du CERFLA, les actions concernant l’information et la sensibilisation visent :

–   à augmenter la prise de conscience, l’engagement et le développement d’attitudes favorables au changement de comportements ;

–   à mobiliser les personnes directement touchées par un problème afin qu’elles se regroupent pour améliorer ou changer leur situation ;

–   à influencer les décideurs afin de les rendre plus sensibles aux difficultés ou aux besoins d’une population et les inciter à agir ;

–   à obtenir la sympathie et l’appui de l’opinion publique au niveau local, régional, national afin de créer un rapport de forces favorables aux changements souhaités.

 

  • LES ÉCHANGES

Les échanges sont des moyens intéressants d’apprentissage par les pairs. En cela ils facilitent l’adoption dans la mesure où ce qui est bien et possible dans une communauté proche, à la fois en terme de distance et de niveau de développement, ne devrait pas être impossible dans une autre. En plus, les actions d’échanges visent la promotion de cadres de concertation entre plusieurs acteurs du développement local (Organisations Communautaires de base, Collectivités Décentralisées, Services techniques de l’État).

Elles se déroulent sous la forme d’ateliers thématiques, de forums, de réunions de concertation qui sont susceptibles de promouvoir un dialogue constructif, de faciliter la complémentarité, la solidarité et la synergie des actions entre les différents acteurs concernés, autour de problématiques identifiés.

 

  • LE SUIVI

Dans un contexte d’appui visant un renforcement des capacités, le suivi permet de faire un diagnostic d’étape et de poursuivre les actions d’appui à partir des leçons apprises. Il constitue un axe important dans le dispositif de mise en œuvre des programmes d’appui du CERFLA, en ce sens qu’il permet d’apprécier le niveau d’exécution des activités par rapport aux résultats attendus mais aussi le degré d’appropriation des actions de renforcement des capacités (performances individuelles et institutionnelles).

Le suivi est assuré à plusieurs niveaux :

–   au niveau de l’équipe opérationnelle du CERFLA, par le Responsable de la formation et du suivi et les Animateurs-Formateurs ;

–   au niveau de la base, par les partenaires du CERFLA (OCB, Collectivités Locales, Services Techniques de l’État, personnes ressources).

Les actions de suivi s’appuient sur des outils participatifs et font l’objet d’une planification et d’une production de rapports spécifiques.

 

  • L’APPUI-CONSEIL ET LA MISE EN RELATION

Cet axe permet d’accompagner et de connecter les acteurs locaux, à travers leurs institutions et organisations communautaires, avec des partenaires institutionnels, financiers et techniques.

Il s’appuie sur un processus pédagogique de renforcement de capacités basé sur un ensemble d’activités de formation et d’éducation qui permettent aux différents acteurs d’avoir des capacités de planification, de gestion des opportunités, de négociation avec d’éventuels partenaires, de conduite d’actions de plaidoyer et de lobbying, … .

La facilitation à travers la mise en relation directe entreprise par le CERFLA, à la fin d’un processus d’apprentissage, permet d’entamer un désengagement progressif tout en s’assurant de la continuité des actions de développement des institutions locales et organisations à la base.

La stratégie de responsabilisation progressive et d’habilitation des Organisations Communautaires de Base et des Collectivités Décentralisées est un gage du transfert des capacités techniques et organisationnelles pour une pérennisation des actions.

 

  • L’ÉVALUATION

A la fin de chaque année, un bilan des réalisations permet, avec les partenaires à la base, d’identifier les forces et les faiblesses des actions d’appui réalisées et d’apporter les correctifs et orientations nécessaires pour améliorer le déroulement du programme.

Une évaluation externe est prévue dans la dernière année d’exécution de chaque programme triennal. Les résultats de cette évaluation externe sont pris en compte dans le cadre de l’élaboration du nouveau programme.